Sauter la navigation

img_2560 Paul Gauguin – Upaupa (Tahitian Dance), 1891

 

Essai sur l’exotisme

Ou l’on apprend qu’à sa mort, en 1919, l’énigmatique Victor Segalen n’avait publié que trois ouvrages – Les Immémoriaux, Stèles et Peintures -, lesquels annonçaient déjà la puissance d’une œuvre qui, paradoxalement, restait à venir.

Car Segalen avait beaucoup écrit pendant sa brève existence de quarante années et cet Essai sur l’exotisme fait partie d’un ensemble posthume désormais accessible. Très tôt, en effet, Segalen avait formé le projet de réévaluer la notion d’exotisme. De lui redonner une authenticité, une plénitude, qui lui avaient été confisquées par la mode littéraire issue de Bernardin de Saint-Pierre. Pour lui, l’exotisme, c’est d’abord une catégorie de la sensibilité qui permet de  » percevoir le divers « . Et l’exotisme, c’est l’art, subtil, d’accéder à l’autre. Or, au début de ce siècle, à l’heure de l’universalisme colonial, rien n’est moins  » politiquement correct  » que de tels propos. Aujourd’hui, ce texte a conservé toute sa force et son audace. Servi par une prose incroyablement fraîche, il reste, comme le souhaitait son auteur, un irremplaçable  » bréviaire de la différence  » qui vaut plus, et mieux, que bien des traités d’ethnologie. »

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s